Categories
OEUVRES COMPLÈTES DE VOLTAIRE-DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE

VIE

On trouve ces paroles dans le Système de la nature page 84, édition de Londres: « Il faudrait définir la vie avant de raisonner de l’âme; mais c’est ce que j’estime impossible. »

C’est ce que j’ose estimer très possible. La vie est organisation avec capacité de sentir. Ainsi on dit que tous les animaux sont en vie. On ne le dit des plantes que par extension, par une espèce de métaphore ou de catachrèse. Elles sont organisées, elles végètent; mais n’étant point capables de sentiment, elles n’ont point proprement la vie.

On peut être en vie sans avoir un sentiment actuel; car on ne sent rien dans une apoplexie complète, dans une léthargie, dans un sommeil plein et sans rêves; mais on a encore le pouvoir de sentir. Plusieurs personnes, comme on ne le sait que trop, ont été enterrées vives comme des vestales, et c’est ce qui arrive dans tous les champs de bataille, surtout dans les pays froids; un soldat est sans mouvement et sans haleine; s’il était secoure, il les reprendrait; mais pour avoir plus tôt fait, on l’enterre.

Qu’est-ce que cette capacité de sensation? Autrefois vie et âme c’était même chose, et l’une n’est pas plus connue que l’autre; le fond en est-il mieux connu aujourd’hui?

Dans les livres sacrés juifs, âme est toujours employée pour vie.

(14)Dixit etiam Deus: Producant aquae reptile animae viventis.

« Et Dieu dit: Que les eaux produisent des reptiles d’âme vivante. »

Creavit Deus cete grandia et omnem animam viventem atque mutabilem quam produxerant aquae.

« Il créa aussi de grands dragons (tannitim), tout animal ayant vie et mouvement, que les eaux avaient produits. »

Il est difficile d’expliquer comment Dieu créa ces dragons produits par les eaux; mais la chose est ainsi, et c’est à nous de nous soumettre.

(15)Producat terra animam viventem in genere suo, jumenta et reptilia.

« Que la terre produise âme vivante en son genre, des behemoths et des reptiles. »

(16)Et in quibus est anima virens, ad vescendum.

« Et à toute âme vivante pour se nourrir. »

(17)Et inspiravit in faciem ejus spiraculum vitae, et factus est homo in anmam viventem.

« Et il souffla dans ses narines souffle de vie, et l’homme eut souffle de vie (selon l’hébreu). »

Sanguinem enim animarum vestrarum requiram de manu cunctarum bestiarum, et de menu hominis, etc.(18).

« Je redemanderai vos âmes aux mains des bêtes et des hommes. » Ames signifie ici vies évidemment. Le texte sacré ne peut entendre que les bêtes auront avalé l’âme des hommes, mais leur sang qui est leur vie. Quant aux mains que ce texte donne aux bêtes, il entend leurs griffes.

En un mot, il y a plus de deux cents passages où l’âme est prise pour la vie des bêtes ou des hommes; mais il n’en est aucun qui vous dise ce que c’est que la vie et l’âme.

Si c’est la faculté de la sensation, d’où vient cette faculté? A cette question tous les docteurs répondent par des systèmes, et ces systèmes sont détruits les uns par les autres. Mais pourquoi voulez-vous savoir d’où vient la sensation? Il est aussi difficile de concevoir la cause qui fait tendre tous les corps à leur commun centre, que de concevoir la cause qui rend l’animal sensible. La direction de l’aimant vers le pôle arctique, les routes des comètes, mille autres phénomènes, sont aussi incompréhensibles.

Il y a des propriétés évidentes de la matière dont le principe ne sera jamais connu de nous. Celui de la sensation, sans laquelle il n’y a point de vie, est et sera ignoré comme tant d’autres.

Peut-on vivre sans éprouver des sensations? non. Supposez un enfant qui meurt après avoir été toujours en léthargie; il a existé, mais il n’a point vécu.

Mais supposez un imbécile qui n’ait jamais eu d’idées complexes, et qui ait eu du sentiment; certainement il a vécu sans penser; il n’a eu que les idées simples de ses sensations.

La pensée est-elle nécessaire à la vie? non, puisque cet imbécile n’a point pensé et a vécu.

De là quelques penseurs pensent que la pensée n’est point l’essence de l’homme; ils disent qu’il y a beaucoup d’idiots non pensants qui sont hommes, et si bien hommes qu’ils font des hommes, sans pouvoir jamais faire un raisonnement.

Les docteurs qui croient penser répondent que ces idiots ont des idées fournies par leurs sensations.

Les hardis penseurs leur répliquent qu’un chien de chasse qui a bien appris son métier, a des idées beaucoup plus suivies, et qu’il est fort supérieur à ces idiots. De là naît une grande dispute sur l’âme. Nous n’en parlerons pas; nous n’en avons que trop parlé à l’article Ame.

Notes.

Note_14 Genèse, chap. i, v. 20.

Note_15 Chap. i, v. 24.

Note_16 Chap. i, v. 30.

Note_17 Chap. ii, v. 7.

Note_18 Chap. ix, v. 5.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *