Categories
OEUVRES COMPLÈTES DE VOLTAIRE-DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE

TOPHETH

Topheth était et est encore un précipice auprès de Jérusalem, dans la vallée d’Ennom. Cette vallée est un lieu affreux où il n’y a que des cailloux. C’est dans cette solitude horrible que les Juifs immolèrent leurs enfants à leur Dieu qu’ils appelaient alors Moloch; car nous avons remarqué qu’ils ne donnèrent jamais à Dieu que des noms étrangers. Shadaï était syrien; Adonaï phénicien; Jeova était aussi phénicien; Éloï, Éloïm, Éloa, chaldéen, ainsi que tous les noms de leurs anges furent chaldéens ou persans. C’est ce que nous avons observé avec attention.

Tous ces noms différents signifiaient également le Seigneur dans le jargon des petites nations devers la Palestine. Le mot de Moloch vient évidemment de Melk. C’est la même chose que Melcom ou Millcon, qui était la divinité des mille femmes du sérail de Salomon, savoir sept cents femmes et trois cents concubines. Tous ces noms-là signifiaient seigneur, et chaque village avait son seigneur.

Des doctes prétendent que Moloch était particulièrement le seigneur du feu, et que pour cette raison les Juifs brûlaient leurs enfants dans le creux de l’idole même de Moloch. C’était une grande statue de cuivre aussi hideuse que les Juifs la pouvaient faire. Ils faisaient rougir cette statue à un grand feu, quoiqu’ils eussent très peu de bois; et ils jetaient leurs petits enfants dans le ventre de ce dieu, comme nos cuisiniers jettent des écrevisses vivantes dans l’eau toute bouillante de leurs chaudières.

Tels étaient les anciens Welches et les anciens Tudesques quand ils brûlaient des enfants et des femmes en l’honneur de Teutatès et d’Irminsul: telles la vertu gauloise et la franchise germanique.

Jérémie voulut en vain détourner le peuple juif de ce culte diabolique; en vain il leur reprocha d’avoir bâti une espèce de temple à Moloch dans cette abominable vallée. « Aedificaverunt excelsa Topheth quae est in valle filiorum Ennom, ut incenderent filios suos et filias suas igni(33). » « Ils ont édifié des hauteurs dans Topheth qui est dans la vallée des enfants d’Ennom, pour y brûler leurs fils et leurs filles par le feu. »

Les Juifs eurent d’autant moins d’égards aux remontrances de Jérémie, qu’ils lui reprochaient hautement de s’être vendu au roi de Babylone, d’avoir toujours prêché en sa faveur, d’avoir trahi sa patrie; et en effet il fut puni de la mort des traîtres, il fut lapidé.

Le livre des Rois nous apprend que Salomon bâtit un temple à Moloch; mais il ne nous dit que ce fût dans la vallée de Topheth: ce fut dans le voisinage, sur la montagne des Oliviers(34). La situation était plus belle, si pourtant il peut y avoir quelque bel aspect dans le territoire affreux de Jérusalem.

Des commentateurs prétendent qu’Achaz, roi de Juda, fit brûler son fils à l’honneur de Moloch, et que le roi Manassé fut coupable de la même barbarie(35). D’autres commentateurs prétendent que ces rois du peuple de Dieu se contentèrent de jeter leurs enfants dans les flammes, mais qu’ils ne les brûlèrent pas tout à fait. Je le souhaite; mais il est bien difficile qu’un enfant ne soit pas brûlé quand on le met sur un bûcher enflammé.

Cette vallée de Topheth était le Clamart de Paris; c’était là qu’on jetait toutes les immondices, toutes les charognes de la ville. C’était dans cette vallée qu’on précipitait le bouc émissaire; c’était la voirie où l’on laissait pourrir les charognes des suppliciés. Ce fut là qu’on jeta les corps des deux voleurs qui furent suppliciés avec le Fils de Dieu lui-même. Mais notre Sauveur ne permit pas que son corps, sur lequel il avait donné puissance aux bourreaux, fût jeté à la voirie de Topheth selon l’usage. Il est vrai qu’il pouvait ressusciter aussi bien dans Topheth que dans le Calvaire; mais un bon Juif nommé Joseph, natif d’Arimathie, qui s’était préparé un sépulcre pour lui-même sur le mont Calvaire, y mit le corps du Sauveur, selon le témoignage de saint Matthieu. Il n’était permis d’enterrer personne dans les villes; le tombeau même de David n’était pas dans Jérusalem.

Joseph d’Arimathie était riche, « quidam homo dives ab Arimathia, » afin que cette prophétie d’Isaïe fût accomplie: « Il donnera(36) les méchants pour sa sépulture, et les riches pour sa mort. »

Notes.

Note_33 Jérémie, chap. vii.

Note_34 Liv. III, chap. xi.

Note_35 Liv. IV, chap. xvi, v. 3.

Note_36 Le fameux rabbin Isaac, dans son Rempart de la foi, au chap. xxiii, entend toutes les prophéties, et surtout celle-là, d’une manière toute contraire à la façon dont nous les entendons. Mais qui ne voit que les Juifs sont séduits par l’intérêt qu’ils ont de se tromper? En vain répondent-ils qu’ils sont aussi intéressés que nous à chercher la vérité; qu’il y va de leur salut pour eux comme pour nous; qu’ils seraient plus heureux dans cette vie et dans l’autre, s’ils trouvaient cette vérité; que s’ils entendent leurs propres écritures différemment de nous, c’est qu’elles sont dans leur propre langue très ancienne, et non dans nos idiomes très nouveaux; qu’un Hébreu doit mieux savoir la langue hébraïque qu’un Basque ou un Poitevin; que leur religion a deux mille ans d’antiquité plus que la nôtre; que toute leur Bible annonce les promesses de Dieu, faites avec serment de ne changer jamais rien à la loi; qu’elle fait des menaces terribles contre quiconque osera jamais en altérer une seule parole; qu’elle veut même qu’on mette à mort tout prophète qui prouverait par des miracles une autre religion; qu’enfin ils sont les enfants de la maison, et nous des étrangers qui avons ravi leurs dépouilles. On sent bien que ce sont là de très mauvaises raisons qui ne méritent pas d’être réfutées.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *